Devenez Membre  Aujourd'hui: 130 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5767

    En ligne :
    Visiteurs : 3
    Membres : 0
    Total :3

    Notre Sélection

    Guenassia-Jm (Auteur) - Le club des incorrigibles optimistes - Prix Goncourt des lycéens 2009
    le choix des visiteurs


    DROIT DE REPONSE




    Mireille REGNAULT
    Près du petit pont

    NotoriétéPopularitéPalmarès
              



    Commentaire de jardinier :

    Un brave homme Valentin, et tellement humain qu'il est encore capable, à son âge, d'aimer une bête et de rêver. D'ailleurs, est-il si vieux pour vouloir déjà mourir ? On imaginerait bien le pourquoi d'un visage ridé : la perte prématurée de la femme qu'il aimait et que l'insouciance le portait à croire jeune, belle, tendre et svelte pour toujours, comme quand ils s'étaient connus, puis mariés, à 18 ans ; la mort brutale de son fils, engagé en Algérie et qui, dans ses lettres, tentait de leur faire croire qu'il ne se passait rien sous le soleil ; la tristesse d'avoir eu à dire non, un jour, à sa fille, pour une stupide histoire d'argent, mais une tristesse qui trouve sa consolation dans la douceur du rêve des ébats de ses petits enfants dans son jardin, autour de lui, . Racontée dans un décor à peine suggéré, la journée de Valentin touche à une fin proche dans un paysage qui devient une peinture, une photo presque. On croirait même y être délà passé soi-même, "près du petit pont". Près de la mort ? Il faut toucher le fond pour vouloir mourir. Non, Valentin n'en est pas encore là. Un chiot abandonné… L'écriture est vivante, le ton choisi colle bien à l'histoire racontée mais il aurait pu laisser plus de place au suspense. Alors, pour cette histoire ou pour une prochaine, je dirais bravo à Mireille.

    Son évaluation :
    Réponse de l'auteur au commentaire de jardinier :

    Je vous remercie un peu tard de votre évaluation. Je trouve que vous avez bien compris mes personnages et leur histoire (Avis prétentieux puisque vous concluez par des éloges!) Vous avez raison: j'aurais pu laisser plus de place au suspense... mais aussi étoffer davantage le récit, mieux l'écrire etc. C'est une simple question de limites.
    A la soixantaine, Valentin n'est pas, en effet, à proprement parler un vieillard. Mais l'important c'est que lui-même se considère comme vieux. Par contre, son fils Jacques ne s'est pas "engagé" volontairement: il est tout simplement parti faire son service militaire avec ceux de son âge...
    Encore merci et meilleurs voeux pour 2007.


    Retour à l'ouvrage | Evaluer l'ouvrage

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb