Devenez Membre  Aujourd'hui: 130 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5767

    En ligne :
    Visiteurs : 3
    Membres : 0
    Total :3

    Notre Sélection

    Maryse Léon-Garcia - Ecrire son scénario : Manuel pratique
    le choix des visiteurs


    DROIT DE REPONSE




    Quentin Ochem
    Épilogue

    NotoriétéPopularitéPalmarès
              



    Commentaire de Woland :


    Cette pièce, trop courte à mon gré, regroupe bien des points connus des amateurs de romans et de films prenant un navire spatial pour décor : l'IA (non pour Inspection Académique, je vous rassure ;o) mais pour Intelligence Artificielle), c'est-à-dire le Grand Ordinateur qui supervise le voyage de la navette et que l'on retrouve aussi bien chez Asimov et Kubrik que chez Ridley Scott ; l'androïde (Viktor dans la pièce d'Ochem), qui, comme l'IA (une voix féminine nommée Claude dans "Epilogue"), se doit de respecter certaines règles primordiales dont la première est, bien évidemment, de ne pas nuire à l'être humain ; des organismes extra-terrestres particulièrement malvenus (ici, ils sont gélatineux) ; un "bug" général affectant le système nerveux central de l'IA ; la cryogénisation temporaire des passagers de la capsule ; un univers qui devient brusquement incompréhensible, etc, etc ...



    Et c'est cette richesse en références et en clins d'oeil qui, justement, rend la pièce beaucoup trop courte. Cette histoire de sacrifice - c'est ainsi que je l'ai comprise, les rescapés de notre univers devant se sacrifier afin que naisse un monde nouveau et, espérons-le, meilleur - méritait un traitement plus large, plus flamboyant - j'irai même jusqu'à dire démesuré. ;o)


    Pour moi, les personnages ne sont qu'esquissés bien que les croquis dressés soient très prometteurs et incitent le lecteur à en apprendre plus sur leur passé. De même, les motivations de ceux qui ont envoyé cette navette dans l'espace, quelles sont-elles ? Car on ne peut croire, à la chute de la pièce, qu'il ne s'agisse là que d'un hasard. L'originalité que l'on croit discerner sous les éléments convenus et les allusions (je songe à la poupée de Camille qui s'appelle "Nioute" comme la petite fille dans "Alien 2") n'est pas exploitée jusqu'au bout. C'est dommage.



    C'est uniquement pour cette raison que je note ainsi une pièce qui m'a par ailleurs confortée dans l'excellente impression que m'avait fait "Même Plus Peur" du même Quentin Ochem. ;o)


    Son évaluation :


    Il n'y a pas de réponse de l'auteur à ce commentaire pour le moment !


    Retour à l'ouvrage | Evaluer l'ouvrage

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb