Devenez Membre  Aujourd'hui: 158 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5768

    En ligne :
    Visiteurs : 6
    Membres : 0
    Total :6

    Notre Sélection

     B. Simonay - Le Carrefour des ombres
    le choix des visiteurs



    Léon OAK
    Crépuscules Ecorchés
    Poésie

    Diffusion Large

    Zoom
    Quelques écorchures au gré des aventures, des amours, des arrivées et des départs au milieu de la multitude d'une grande métropole d'Asie. Solitudes égarées, dans la foule, le vacarme, le brouhaha de la vie Tokyoite. La foule, le bruit, les voitures, les bars, l'alcool, les gens. La femme qui vient qui part, qui repart ... et des mots, des phrases qui surgissent de la nuit.

    Illustration: Crépuscule en Provence (2005)


    [Lire un extrait] [Télécharger] [Ecrire à l'Auteur] [Lire les commentaires] [Imprimer] [Retour Bibliothèque]

    L'AUTEUR

    Né après les affres et les turpitudes. Enfance dans la vallée du Rhône, au cœur d'une petite ville ennuyeuse coincée dans cette vallée sans horizon aux hivers tristes comme des marronniers effeuillés. Enfance sans fastes ni misères, justes ce qu'il faut de dégouts pour errer par les chemins de traverse. Deux ans en Algérie. Retour en France. 6 années à Paris puis de nombreuses années au Japon, enfin retour en France en 2003. A quand le nouveau départ et pour où ?..

    [Consulter sa page]


    DU MÊME AUTEUR

  • L'exil (Pensées)

  • COMMENTAIRE D'UN LECTEUR

    Woland : Ces poèmes en vers libres sont hantés par un double spectre, celui de la mer et celui de la lune, symboles qui, selon une certaine tradition, ont évidemment partie liée avec la femme. a l’arrière-plan, l’union d’un couple dont la meilleure expression est peut-être celle-ci : « tu te parles avec ma bouche/tu te caresses avec mes mains/tu t’envahis avec mon corps.» du coup, on pourrait aussi discerner une certaine passivité caractérisant le personnage mâle, face à une... [lire la suite]


    VOUS APPRÉCIEREZ PEUT-ÊTRE ÉGALEMENT

    Les poèmes de la nuit Quelques mots d'amour Jeux de maux Les Jolis Mots Mon Amour Place aux amateurs 

    MENTION LÉGALE

    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, les oeuvres publiées sur le site d'Alexandrie Online sont protégées. Le titulaire des droits autorise : la reproduction et la représentation à titre de copie privée ou des fins d'enseignement et de recherche et en dehors de toute utilisation lucrative. Ceci, sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source, tels que signalés dans l'ouvrage.




      

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb