Devenez Membre  Aujourd'hui: 169 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque
  • La Blogosphère
  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur
  • Services Prépresse
  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5768

    En ligne :
    Visiteurs : 7
    Membres : 0
    Total :7

    Notre Sélection

    Philippe Perret - Savoir rédiger et présenter son scénario
    le choix des visiteurs


    CRITIQUE LITTÉRAIRE
    Le ciel dans la fenêtre - Jacques Chardonne




    Critique publiée par Stéphane BRET le 24-08-2011

    « Le ciel dans la fenêtre » n’est pas un recueil d’aphorismes un peu faciles, trop tranchants pour laisser le moindre espace à un commencement de débat, il n’est pas l’œuvre d’un moraliste, au sens classique que revêt ce vocable dans l’histoire de la littérature française.

    Cet ouvrage, qui traite aussi bien des paysages charentais, de la compagnie des écrivains du début du vingtième siècle, dont a bénéficié Jacques Chardonne, de l’actualité, des grands problèmes du moment, est parsemé d’observations très fines, dont l’expression est concise, pure ; pertinente, souvent dans ses conclusions toujours quelque peu marquées par une ironie douce-amère.

    L’art de Jacques Chardonne est de mêler dans cet ouvrage la douceur, le bien-vivre d’une région la sienne la Charente, et l’expression d’interrogations, dont les grands prosateurs sont coutumiers. Ainsi, du progrès techniques et de ses inévitables dérives : « Quand on pourra traverser la Suisse en trois heures, il n’y aura plus de Suisse. Un jour, les hommes auront de grands moyens mais n’auront plus de but. Le vide est au bout de toutes ces routes de la vitesse. »

    Des relations sociales et des conflits générés dans le monde du travail, l’éclairage de Chardonne apparaît naïf dans un premier temps puis lumineux dans sa chute : « On traduit leurs revendications par les mots grève, salaires, révolution, en réalité chose plus subtile de nature morale, touchant à leurs rapports avec des hommes (...) Un peu plus de psychologie et d’humanité seraient souhaitables ; il faudra bien y venir d’une façon ou d’une autre ».

    Tout l’ouvrage est dans cette tonalité, oscillant sans cesse entre ce que nous pourrions nommer une tentation passéiste, et un constat final, parfois désabusé, parfois générateur d’espoir en ce qu’il nous rappelle à la simplicité de la beauté, à la puissance évocatrice d’un paysage, de l’harmonie d’une architecture d’une église romane. Ainsi, la définition du bonheur, désarmante de simplicité et de pertinence : « Le bonheur à Ronce (il s’agit de Ronce-les-Bains, commune du littoral charentais maritime) où l’aisance est à portée n’exigerait pas tant d’efforts. Ce bonheur, qu’est-ce donc ? A cette question, chacun répondra selon sa nature, et beaucoup de diront rien. Je dirai : C’est bonnement la lumière. Ici, elle existe en soi, onctueuse, teintée de nacre, comme les choses qu’elle éclaire ; lumière vibrante des terres basses, pareille en Hollande ; un nuage brusquement s’ouvre comme une fleur bleue ; beauté indéfinissable telles ces nuances de la vie, ces choses qui sont et ne sont pas, qui dépendent du regard : la foi, l’amour, une vie spirituelle du monde. »

    Dans « Le ciel dans la fenêtre », une série de personnages, familiers de l’auteur ou individus rencontrés au fil de la vie sociale, sont ainsi dépeints par une technique descriptive identique. Cette dernière engendre de la part du lecteur de l’affection, de l’empathie pour ce monde. Le style de Jacques Chardonne, pur et simple, nous convainc de la justesse d’un attachement éprouvé pour cet univers qui n’apparaît jamais caduc.


    Le critique : Stéphane BRET
    Note :
    Liens relatifs : Amazon.fr
    Hits : 1871

    [ Faire un commentaire ]  [ Retour à l'index des Critiques ]

      

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2019 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb