Devenez Membre  Aujourd'hui: 169 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque
  • La Blogosphère
  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur
  • Services Prépresse
  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5768

    En ligne :
    Visiteurs : 9
    Membres : 0
    Total :9

    Notre Sélection

    Paulo Coelho (Auteur), François Marchand Sauvagnar - Brida
    le choix des visiteurs


    CRITIQUE LITTÉRAIRE
    Lettres - Princesse Palatine




    Critique publiée par Woland le 13-04-2005

    Louis XIV avait un frère cadet, Philippe, duc d’Orléans, que l’on appelait aussi « Monsieur. » Dans la crainte de le voir un jour causer autant de problèmes que l’avait fait en son temps son oncle, Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, Anne d’Autriche et Mazarin firent tout pour orienter sa sexualité vers les hommes : c’est ainsi par exemple que sa mère, dit-on, l’encourageait tout enfant à se déguiser en fillette.

    Monsieur n’en savait pas moins ce qu’il devait à son rang. Toutes les fois où il partit à la guerre – et il y en eut quelques unes – il se comporta avec un courage exemplaire. (Du coup, bien entendu, on l’empêcha d’y aller et on le ramena à ses « mignons » avec ordre de se poudrer et de ne s’occuper que d’une chose : les bijoux pour lesquels il nourrissait en effet une passion toute féminine. ) Il s’inclina aussi devant la raison d’Etat qui voulait que, afin de parer aux aléas du Destin, il donnât des héritiers potentiels à la Couronne.

    Il devait épouser en première noces sa cousine germaine, Henriette d’Angleterre, fille du seul monarque britannique à avoir eu la tête tranchée, Charles Ier, et d’Henriette-Marie de France, elle-même fille de notre bon roi Henri IV et sœur de Louis XIII. Il n’en eut pas d’enfant et sa femme périt neuf ans après leur mariage, dans des circonstances demeurées mystérieuses. La célèbre oraison funèbre de Bossuet commençant par « Madame se meurt ! Madame est morte ! … » fait référence à Henriette d’Angleterre, duchesse d’Orléans.

    Du coup, Monsieur se voyait contraint de se remarier. Louis XIV demanda pour lui la main d’Elisabeth-Charlotte de Wittelsbach-Simmern, fille de l’Electeur palatin Charles Ier. Et c’est ainsi que la seconde « Madame », celle que l’Histoire de France nous a conservée sous le nom de « Princesse Palatine », arriva à Versailles.

    Autant Henriette d’Angleterre avait été célèbre pour ses coquetteries et son goût de l’intrigue politique, autant la Princesse Palatine apportera de soins à rester en marge de la comédie du pouvoir qui se joue dans les splendeurs et les ors de Versailles. D’abord prise en affection par son royal beau-frère qui appréciait sa passion pour la chasse et son franc-parler, elle verra sa faveur diminuer au fur et à mesure que grandira celle de Mme de Maintenon. De cela comme des avanies qu’elle subit régulièrement, elle se consolera en entretenant une correspondance fournie avec sa tante, ses sœurs et quelques autres, dont Leibniz.

    Ses lettres, publiées au Mercure de France, nous sont d’autant plus précieuses qu’elles jettent un éclairage sans complaisance et tout à fait moderne sur la fin du règne de Louis XIV et sur sa cour ainsi que sur une partie de la Régence. Madame y est souvent mordante mais aussi touchante quand elle évoque son enfance au Palatinat et l’amour qu’elle porte à son fils, Philippe, futur Régent. Sous la princesse qui jamais n’oublia son rang et ce qu’il lui imposait, nous apparaît une femme solitaire et malheureuse, courageuse aussi, qui se force à sourire et à faire bonne mine car, comme elle le dit si bien, « dans ce pays-ci (= la Cour), il ne fait pas bon montrer sa tristesse. » Epouse bafouée, elle parvient cependant à nous émouvoir en nous contant la mort subite de son mari. Belle-sœur mise à l’écart, elle sait comme nul autre nous dresser le portrait de l’agonie majestueuse de ce Louis XIV qu’elle aima sans doute en secret. Mère et grand-mère, elle aime les siens mais les restitue sans illusions devant l’Histoire.

    Bref, si cela vous intéresse, n’hésitez pas : lisez la Palatine qui, avec le petit duc de Saint-Simon, demeure aussi incontournable dans le règne de Louis XIV et le début de la Régence que les plus grands auteurs professionnels de ce temps.

    Et pour en savoir un peu plus sur cette princesse dont l’esprit curieux et cultivé se serait certainement complu aux merveilles du Web et à sa pratique des courriels, jetez un coup d’œil sur le lien ci-dessous.

    Fidèle à son image, Elisabeth-Charlotte, duchesse d’Orléans, Madame, vous y attend de pied ferme.


    Le critique : Woland
    Note :
    Liens relatifs : La Palatine
    Hits : 2432

    [ Faire un commentaire ]  [ Retour à l'index des Critiques ]


    Posté par Anonyme le 03-09-2005
    Ma note :

    Je n''ai pas lu ce livre mais ma remarque tient à cette critique. Il est ABSOLUMENT faux de dire que Philippe d''Orléans et Henriette d''Angleterre n''ont eu aucun enfant!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Ils ont eu plusieurs enfants dont certains sont morts en bas âge. Il y eut entre autres: Philippe Charles, Anne marie et Marie Louise!!!!!!
      

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb