Devenez Membre  Aujourd'hui: 252 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5766

    En ligne :
    Visiteurs : 6
    Membres : 0
    Total :6

    Notre Sélection

    Michel Serres - Le Mal propre : Polluer pour s'approprier ?
    le choix des visiteurs


    DROIT DE REPONSE




    Philippe Caure
    Fausses Rencontres Ordinaires

    NotoriétéPopularitéPalmarès
              



    Commentaire de Woland :


    Contrairement à ce que préconise le garçon de café dans "Fausses rencontres ordinaires", il n'y a ici ni sexe, ni violence, rien donc de ce qui, toujours selon le serveur, retient l'attention du spectateur moyen. Pourtant, le lecteur s'éclate en lisant cette courte pièce axée sur le thème d'un auteur en panne d'idées pour imaginer un spectacle commandité par la municipalité. Et à mon humble avis, le spectateur devrait faire de même.


    L'humour est fin, on ne trouve ici rien de vulgaire ou de facile. Philippe Caure conduit ses scènes jusqu'au bout de l'absurde, qu'on en juge : Cabas 1 et Cabas 2, à force de vouloir avoir le dernier mot, sabotent leurs sacs à provisions en une course insensée ; M. Casa met son facteur, avide de lui vendre un calendrier des postes (au mois de septembre !), au pied du mur, avant de se précipiter derrière lui pour tenter de rattraper le coup, tant sa joie est grande d'avoir été accepté ... au concours des Postes ; l'inspecteur de police venu faire une enquête de voisinage se trouve confronté à un passant qui refuse de lui répondre parce qu'il ne peut lui prouver qu'il est bel et bien un représentant des forces de l'ordre (le malheureux a oublié sa carte) ; un voleur, pris de remords, se rend chez sa victime pour lui restituer le sac qu'il lui a dérobé la veille et ... je n'en dis pas plus ; et il y a bien sûr l'inénarrable numéro des deux consommateurs moyens en mal de caddies de super-marché.


    Pas un seul temps mort, un style vif, sans effets trop apparents mais qui sonne très naturel, un comique de situations finement analysé, bref un petit moment de vrai bonheur.


    Si Philippe Caure en a d'autres de ce tonneau-là, j'irai certainement les lire. Et je vous engage à m'imiter. ;o)


    Son évaluation :


    Il n'y a pas de réponse de l'auteur à ce commentaire pour le moment !


    Retour à l'ouvrage | Evaluer l'ouvrage

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb