Devenez Membre  Aujourd'hui: 223 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5766

    En ligne :
    Visiteurs : 9
    Membres : 0
    Total :9

    Notre Sélection

    Jean-Marie Roth - L'écriture de scénarios
    le choix des visiteurs


    DROIT DE REPONSE




    Pierre-Alain GASSE
    Portraits

    NotoriétéPopularitéPalmarès
              



    Commentaire de Mary-j-dan :

    Ces « Portraits » sont croqués avec le talent auquel l’auteur nous a habitués. Chacun a sa particularité et je peux dire que je les ai tous aimés.
    « Vous ai-je dit… ? » est un portrait remarquable, émouvant. Quand les souvenirs s’en mêlent et s’emmêlent, quand ils fuient et que, de guère las à fouiller, quelques larmes de désespoir, de fatalité, coulent, sans raison pour les autres… c’est, hélas, le lutte éternelle de la vie contre le déclin.
    « Au bar de l’arrivée » est une nouvelle dont l’écriture est particulièrement savoureuse. Le langage familier, à consonance argotique, est un exercice pourtant bien difficile, et bon nombre d’auteurs s’y sont essayés sans succès.
    « Marie-Loup », effectivement un prénom pas ordinaire ! Monsieur Gasse, auriez-vous été femme dans une vie antérieure ? Vous n’en savez rien, bien évidemment, alors je dois dire que vous les connaissez bien. Un paragraphe m’a tout spécialement fait sourire pour sa réalité. J’en ai extrait cette phrase : « Il y avait toujours quelque chose qui l’exaspérait, un détail dont elle se faisait une montagne, une manie qui l’indisposait jusqu’à prendre des proportions rédhibitoires… »
    « Monsieur Faber et moi », que vous terminez par cette phrase : « La nostalgie reste ce qu’elle a toujours été : une fabrique d’émotions », a justement éveillé quelques souvenirs, notamment le prénom de Maruja qui avait bercé mon adolescence.
    Monsieur Pierre-Alain Gasse, merci d’avoir si bien servi vos souvenirs en nous les délivrant sous forme de contes. J’ai pris un grand plaisir, encore, à vous lire.


    Son évaluation :


    Il n'y a pas de réponse de l'auteur à ce commentaire pour le moment !


    Retour à l'ouvrage | Evaluer l'ouvrage

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb