Devenez Membre  Aujourd'hui: 97 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5767

    En ligne :
    Visiteurs : 3
    Membres : 0
    Total :3

    Notre Sélection

    Claude Lelouch - Roman de gare
    le choix des visiteurs


    DROIT DE REPONSE




    Jérôme NODENOT
    La sagesse des Fouch

    NotoriétéPopularitéPalmarès
              



    Commentaire de Mary-j-dan :

    Il s’agirait, presque, d’une thèse soutenue par l’auteur, mais, dirais-je, écrite et développée dans un style d’auteur écrivain. Ce roman est surtout composé, comme le souligne l’auteur, de fragments narratifs, ou méditatifs, et cet ensemble interpelle forcément le lecteur.
    Je crois que, quelles que soient nos motivations, au fil de nos tranches de vie, nous évoluons, nous identifions et passons d’un conditionnement à un autre, tout en voulant nous en défendre. Tel l’adolescent qui pense s’arroger le droit à la différence. Ne s’est-il pas, au bout du compte, fondu, lui aussi, dans un moule ? Fouch l’a bien compris et là est sa lutte.
    Jérôme Nodenot démontre, entre autres, la faiblesse de l’homme qui, croyant se démarquer des autres, ne fait que se laisser modeler au fil des générations et des siècles.
    Déterminer la valeur intrinsèque d’un homme, aux yeux de la société, est une utopie. Ce qui m’amène au mélange des classes sociales, où je n’y vois qu’un semblant de verni pour le « juste dehors » et ne va pas au-delà, ce qui induit, obligatoirement, l’intolérance.
    La lutte contre son milieu d’origine, l’on peut y arriver et gagner. J’en suis persuadée, mais pour un temps, un temps seulement.
    Quant au mimétisme, voilà un mot que j’affectionne particulièrement. Il est une aide précieuse pour la formation de sa propre individualité. Avec cependant, une condition essentielle : ne pas se cantonner à un seul modèle. C’est ainsi que l’on forge sa propre personnalité. C’est vrai et c’est un comble. Copier pour devenir un « moi ». L’image du jeu de construction est formidablement bien adaptée.
    Pourquoi j’ai aimé ce roman ? Mais c’est évident ! En aucun cas, il ne peut laisser indifférent. En voiture, on regarde le paysage, en lisant « la sagesse des Fouch », on s’observe dans notre société car, la société, c’est bien nous !


    Son évaluation :
    Réponse de l'auteur au commentaire de Mary-j-dan :

    Mon Dieu, que je réponds bien tard à ce commentaire pourtant si judicieux ! Pardon, trois fois pardon. Mary, je pense en effet que le mimétisme est l'un des fondamentaux de la création du moi, et l'un des éléments constitutifs d'une société. Même si cela paraît évident à certains scientifiques, en particulier les psychosociologues, j'ai le sentiment que cette idée reste un tabou ("chaque cas est un cas", dit-on, etc.) ; de ce point de vue, "La sagesse des Fouch" est aussi une provocation. L'expression "jeu de construction" me semble toujours appropriée aujourd'hui. François Mauriac, dans sa préface à ses "Trois récits", en parle mieux que moi (et fait une excellente synthèse de l'identité) : "Il est rare que les grandes lignes de notre univers intérieur se révèlent à nous dès la jeunesse, et c'est la joie du milieu de la vie que de voir se dégager notre personne enfin achevée, ce monde dont chacun de nous est le créateur ; ou plus exactement l'organisateur. Car nous nous sommes servis d'éléments divers : les uns furent imposés par l'hérédité, par l'éducation, par le milieu, mais les autres sont nés du vouloir et du désir." Si nécessité intérieure il doit y avoir chez moi lorsque j'écris, elle réside bien dans ce problème d'identité et cette lutte entre le moi social et le moi "intérieur" ; thématique que j'essaye d'intellectualiser, de schématiser tant que je peux, de triturer dans tous les sens, sans apporter de réponse mais de façon ludique et divertissante (car je persiste à dire qu'il faut savoir s'amuser de tout). Merci Mary pour ce commentaire qui va au coeur du livre, et qui titille mes obsessions !


    Retour à l'ouvrage | Evaluer l'ouvrage

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb