Devenez Membre  Aujourd'hui: 403 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5766

    En ligne :
    Visiteurs : 4
    Membres : 0
    Total :4

    Notre Sélection

    Michel Chion - Ecrire un scénario
    le choix des visiteurs


    CRITIQUE LITTÉRAIRE
    Les Caractères de Jean de La Bruyère




    Critique publiée par Woland le 14-11-2005

    Pour autant que je me rappelle cette lointaine époque, les extraits de La Bruyère que j'ai pu lire en les étudiant au collège et au lycée étaient tous des portraits dont celui, fameux, de Ménalque, ce lunaire qui finit par se croire si bien chez lui que, lorsqu'il rend visite à une dame, il va jusqu'à l'inviter à souper.

    Mais, au-delà ces croquis si bien observés et si finement restitués, Jean Delabruyère qui deviendra La Bruyère tout court pour des générations et des générations d'étudiants, c'est aussi toute une foule de maximes qui ne sont pas sans évoquer celle d'un La Rochefoucauld.

    Celle-ci par exemple :

    "A quelques uns, l'arrogance tient lieu de grandeur, l'inhumanité de fermeté et la fourberie d'esprit."

    Ou encore :

    "Il n'y a rien que les hommes aiment mieux à conserver et qu'ils ménagent moins que leur propre vie."

    Et celle-ci, ô combien actuelle :

    "Ne songer qu'à soi et au présent, source d'erreur dans la politique."

    En un mot comme en cent, lire "Les Caractères" est un plaisir aussi raffiné que, entre autres, la lecture du "Journal" de Jules Renard. La partie "Des Esprits Forts" et les considérations de La Bruyère sur les femmes, le mariage, etc ... sont cependant datées et l'on pourra critiquer l'influence qu'eurent sur lui Bossuet et son clan.

    L'homme n'en demeure pas moins généreux et non dénué d'humour comme le prouve, s'il en était besoin, la sentance finale de l'ouvrage :

    "Si on ne goûte point ces Caractères, je m'en étonne ; et si on les goûte, je m'en étonne de même."


    Le critique : Woland
    Note :
    Liens relatifs : Amazon.fr
    Hits : 2614

    [ Faire un commentaire ]  [ Retour à l'index des Critiques ]

      

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb